Histoire Istor

Lanester est née en 1909, mais son territoire l'a précédée... Retour sur une genèse et une courte mais riche aventure.


La Pré-histoire
Du Paléolithique moyen à l'Ancien Régime

Un biface moustérien, première trace de peuplements et d'activités, a été découvert près de la Zone Industrielle de Bellevue, entre Scorff et Blavet.

Plus d'infos Plus d’infos

 

Cet outil est témoin de l’époque très ancienne du Paléolithique moyen (100 000 à 50 000 ans avant JC).

 

Aux IIème et IIIème siècles, les romains et gallo-romains séjournent sur notre commune, proche de la voie romaine Hennebont - Pont-Scorff.


Au Moyen-Age, outre la pêche, une agriculture en autarcie s’y développe. C’est le commencement des grands défrichements.


Sous l’Ancien Régime, les villages structurés autour de la paroisse de Caudan comptent 11 frairies, dont 6 en terres lanestériennes : Les Deux-Ponts, Penhoret, Kerguillé, Pendreff, Kerbeban, Locmaria.


A l’origine, les chantiers de Caudan

Deux cents ans après la création en 1709 de la paroisse de Lorient, une nouvelle ville naît de la même activité économique qui y est exercée : la construction navale.

Plus d'infos Plus d’infos

 

C’est à Caudan, ou plutôt Lann er Ster (lande de la rivière), sur la rive gauche du Scorff que les chantiers de construction navale, trop a l’étroit rive droite, vont installer leurs infrastructures. Les premières cales de constructions sont implantées en 1755-1757 mais le site ne sera développé que le siècle suivant.

Venus des campagnes environnantes, les ouvriers du port, comme on les appelle, s’installent près de leur lieu de travail et créent ainsi le quartier des chantiers. De même les commerçants développent leurs activités à Kerentrech (rue Jean-Jaurès) sur l’axe Hennebont-Lorient. L’essor d’une population divergente génère la scission menant à l’érection de Lanester officialisée par la loi du 26 février 1909.
La population de Lanester est alors de 6500 habitants, pour 2511 Caudanais.

 


De la fosse aux mâts à la grande forme

La fosse aux mâts implantée en 1819-1820 permettait la conservation par immersion des pièces de bois utilisées à la fabrication des mâts.

Plus d'infos Plus d’infos

 

Au début du XXème siècle la construction en fer des navires ne requiert plus autant de bois. La fosse au mâts devient alors le site idéal pour l’implantation d’une forme de construction couverte. C’est un équipement gigantesque de 245 m de long pour 51m de large garni d’une toiture métallique. Construite en 11 ans de 1913 à 1923, l’édification ne sera que ralentie pendant la Grande Guerre. La frégate La Motte-Piquet sera la première mise à l’eau en 1924.


Depuis les méthodes de construction navale ont évolué vers la fabrication par modules ou anneaux ; la forme de construction de demeure un élément majeur de l’outil industriel de DCNS. Actuellement, la première frégate FREMM pour la Marine nationale y est en cours de montage.

 


Des champs aux logements

De 1909 à 2009, la population de Lanester est passée de 6500 à 23298 habitants. Le besoin en logements accompagne cette croissance démographique. Les bombardements et destructions de la seconde guerre mondiale accentuent cette demande…

Plus d'infos Plus d’infos

 

Il faut s’installer dans des zones jusqu’alors rurales pour reloger les lanestériens évacués en 1943 et dont les maisons sont détruites à 80%. L’ancien champ de courses, où chaque année la Société des courses de Lorient organisait ses festivités au grand plaisir du public du canton, est investi pour installer la plus grande des 21 cités de baraques de Lanester.


Une nouvelle voie est également créée, elle relie désormais la route du Pont-du-Bonhomme (actuelle avenue François-Mitterand) à la rue Jean-Jaurès. Il n’est plus nécessaire de passer par Keraliguen (rue Emile-Combes) et Nervido (ou Maison des choux) pour aller de Lorient à Kervignac en passant par la mairie (actuelle Maison des association).


En 1952, l’avenue et le quartier sont dénommés Kesler-Devillers, résistants tués par les allemands à Plumeliau le 14 avril 1944

 


Une avenue, des équipements

Auparavant chemin agricole, l’avenue François-Billoux a été remblayée par les décombres des bombardements et ouverte à la circulation dès 1946 avant même d’être goudronnée.

Plus d'infos Plus d’infos

 

Elle devient le lien manquant jusqu’ici entre le quartier des Chantiers et l’avenue Jean-Jaurès. Les nouveaux équipements publics et lieux de rassemblements pour les lanestériens sont implantés le long de cette artère. D’abord le parc des sports Albert et Louis Le Bail, puis l’Hôtel des postes et télécommunications (1953) et autour de la place Auguste-Delaune, La maison des jeunes (1969), la bibliothèque (1974) et l’école municipale de musique et de danse (1975).

 

En 1988, le stade Albert et Louis Le Bail est transformé en espace Nelson Mandela. Dulcie September amorçant la configuration de l’actuel centre-ville.

 


Sur les marais, la ville

En 100 ans, Lann er Ster en Caudan est devenue la 3ème ville du Morbihan. Le bourg rural s’est urbanisé reliant les villages et les chemins.

Plus d'infos Plus d’infos

 

Les marais du Scarh et de Kerguillé qui séparaient le quartier des Chantiers et celui de Kerentrech ont été comblés pour créer le centre-ville.


Commencé en 1983 par l’édification du Centre-Alpha puis par l’aménagement de l’espace Nelson Mandela-Dulcie September en 1988, le centre-ville acquiert sa légitimité par l’implantation en 1992 de l’Hôtel de Ville au bord du plan d’eau, lieu idéal pour les rassemblements festifs et sportifs.

 


Les jolies colonies de vacances

L’avenir d’une ville est aussi celui des enfants. En 1953, une première colonie de vacances est organisée à Gâvres.

Plus d'infos Plus d’infos

 

Le confort est rudimentaire. Le dortoir est installé dans la salle des fêtes et le réfectoire sous le préau de l’école, mais après des années de privations, les enfants profitent de la vie au grand air et d’une alimentation ‘’excellente et abondante’’.


A partir de 1954, chaque été, les enfants de 8 à 14 ans passent un mois de vacances au Huelgoat (Finistère). Ce sont les premiers à bénéficier des installations de ce groupe scolaire flambant neuf.


En 1968, la municipalité crée le Syndicat de communes Lanester-Hennebont afin de construire et de gérer le centre de Saint-Jaques à Sarzeau.

 


Le moulin du Plessis

Installé sur une digue au bord de l’étang du Plessis alimenté par le ruisseau du même nom, le moulin fonctionnait à l’aide de l’énergie hydraulique.

Plus d'infos Plus d’infos

 

Le jeu des marées alimentait deux turbines, des vannes empêchant le retour de l’eau.
En 1933, la Minoterie du Plessis est détruite par un incendie. Partiellement reconstruite, elle reprend une activité réduite son fonctionnement étant assuré par un moteur électrique.
Le moulin est à nouveau endommagé lors de la seconde guerre mondiale.

 

Dans les années 60, il sert d’usine de confection puis en 1968, il est transformé en logements. Les rives du ruisseau, qui longtemps servirent de plage aux Lanestériens, sont toujours le lieu de promenades familiales.

 



Les emblèmes
Blason et logo

La devise

"Ensemble et pour tous"

 

Le blason

Les armoiries de Lanester ont été présentées en 1974 : la commune de Lanester s’enfonce telle un coin dans l’océan, qui se divise de chaque côté de la terre pour faire figurer les rivières du Scorff et du Blavet. L’appartenance bretonne est symbolisée par les hermines.

Le logo

Ses couleurs bleue, verte et rouge évoquent respectivement l’ouverture maritime de la cité, son côté « ville verte » et son urbanité. Les formes élancées bleues rappellent le Scorff et le Blavet, et définissent le « L » de Lanester. Le point rouge, symbolise l’ouverture de la ville vers l’extérieur. Quant au fond vert, il délimite l’ensemble de l’agglomération et symbolise la partie « campagne » de Lanester.

 

Nouvelle version du logo (bilingue) en 2012

Bibliographie

Plus d'infos Plus d’infos

 
Images et mémoires de Lanester

André et Lucette Leclère. Edition à compte d’auteur, Lanester, 1999.

Lanester, histoire d’une ville

Yann Lukas. Editions Palantines, Quimper, 1999

Identités ouvrières : histoire sociale d’un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990

Jean-Noël Retière. Editions L’Harmattan, Paris, 1995.

Lanester, histoire d’une Libération

Mairie de Lanester. Atelier d’Impression Lorientais, Lanester, 1995.

Lanester au fil de notre histoire

Léone Beaumes. Bretagne Graphique Imprimerie, 1985.
 

Au bourg de la joie, la fille du Boulanger

Gwen Sterlann. Liv’éditions, Le Faouët 2002.

Lanester, rivages d’histoire et de légendes

Claude Le Colleter, Liv’éditions, 2008.
 





70 ans de la Libération de la poche de Lorient

Correspondance échangée de 1944 à la Libération

 

Lanester dans
la Grande Guerre 14-18

Télécharger le livret réalisé par les archives municipales


zoom
Vivre dans mon quartier
Visite des quartiers
EST : mercredi 28 juin (18h)

Un parcours pour découvrir votre quartier et échanger avec élus et techniciens de la Ville

Lire la suite Lire la suite
Prochain Conseil Municipal
Jeudi 29 juin
Hôtel de Ville - 18h

Ordre du jour

Collecte de papier

Foyer de vie Le Chêne
Du 26 juin au 13 juillet
Dans la benne devant le foyer rue Jean-Marie Le Hen

Recherche de logements

Le Point Info Jeunesse recherche chambres et studios meublés pour des lycéens, étudiants, stagiaires pour la rentrée scolaire 2017.

Contacter le PIJ